AGENCE FRANCE-PRESSE news wire

 

Des missiles, des avions, des fusées et des pinceaux

par Michel MOUTOT

 

 

NEW YORK, 26 avr (AFP) - La guerre moderne, l'espace et l'aviation

produisent quantités d'images dont l'artiste new-yorkaise Joy Garnett

s'empare pour réaliser, à l'huile sur de la toile, des oeuvres graphiques

           et colorées.

 

Cette peintre de 40 ans, diplômée des Beaux Arts à Paris, trouve son

inspiration dans des documents militaires déclassifiés, des photos

récupérées sur les site internet de la NASA ou du département de la

Défense, des images de télévision qui, comme celles des caméras

infra-rouge de CNN sur le toit d'un hôtel de Bagdad pendant la guerre

du Golfe, ont fait le tour du monde. "J'ai commencé à travailler sur des

photos de microscope de mon père, scientifique dans la recherche contre

le cancer", raconte-t-elle dans un grand sourire. "Et très vite mon intérêt

pour rendre visible ce qui ne l'est pas m'a amené dans le domaine

militaire. La science et le monde militaire sont tellement liés".

 

Elle passe des heures sur l'internet où elle choisit, pour leurs qualités

graphiques, des clichés qu'elle va ensuite, en peignant rapidement

sur d'assez grands formats, simplifier, styliser, interpréter.

 

Elle présente actuellement (et jusqu'au 19 mai) une trentaine de toiles

dans la galerie Debs à Chelsea, un quartier de New York. "Rocket

Science", l'oeuvre qui a donné son nom à l'exposition, est l'extrapolation

d'un cliché représentant un tir de missile américain. "Red Sea" (mer

rouge) a été inspiré par une photographie de promotion de la Navy,

avec un sous-marin sur fond de coucher de soleil. "Ex trails" figure trois

super-bombardiers B52 au décollage.

 

"Rocket Science identifie une prédilection nationale pour un techno-

sublime consistant en des paysages dépeuplés et des mécanismes en

train d’éxploser", explique le catalogue.

 

"Ce sont des images de destruction, d'accident, de danger imminent ou

potentiel", ajoute l'artiste. "Je ne suis pas contre la technologie: pour

régler les problèmes du monde actuel, nous aurons besoin de la

technologie. Mon travail a un contenu politique, mais les gens peuvent

l'ignorer s'ils le veulent".

 

Elle est fascinée par les clichés à dominante verte des caméras à

infra-rouge. "Kill Box", un char d'assaut américain dans les sables

irakiens, lui a été inspiré par une photo déclassifiée par l'US Army. "Ce

sont des choses que l'oeil humain ne peut voir. Ces images ne sont pas

faites pour l'homme, mais pour d'autres machines chargées de faire la

guerre. Nous ne savons même pas à quoi elles ressemblent à l'état brut".

Elle a bien évidemment interprété à l'huile les images de l'accident de

la navette spatiale Challenger, qui a explosé après 73 secondes de vol

dans le ciel de Floride en 1986, provoquant un traumatisme national et

a récemment peint le Concorde en flammes.

 

"On m'a bien sûr demandé une version des photos satellites de l'avion-

espion américain immobilisé sur la piste en Chine, mais je trouve le film

vidéo montrant le cockpit du pilote chinois plus intéressant. Je l'ai stocké

dans mon ordinateur".

 

"Souvent au premier abord, les gens voient dans mes toiles des paysages

ou de l'abstraction. Puis ils regardent mieux et voient le contexte. Ils

comprennent que cette tension est intentionnelle, qu'il y a conflit. Cela

les dérange... et me satisfait".

 

 

back to online catalogue

 

 

 

back to artist's resume